ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 15/05/2020, 00:00:00 > Dossiers

Couverts complexes : gage de sécurité, pas de performance

L’utilisation de couverts d’interculture est identifiée comme un levier agroécologique pour concurrencer les adventices et diminuer les pressions dans les cultures de la rotation, même si ce dernier point n’est pas démontré. Or la compétition du couvert vis-à-vis des adventices dépend du contexte floristique et du choix des espèces de couverts fait par l’agriculteur. Il est souvent revendiqué qu’une plus grande diversité d’espèces dans le mélange serait plus efficace.

Une étude mise en œuvre aux Etats-Unis (New Hampshire) en collaboration avec Inrae Dijon de 2014 à 2017 a comparé la performance annuelle et interannuelle de l’effet répressif (sur les adventices) de couverts variant selon le nombre d’espèces dans le mélange (une, cinq, six, quatorze espèces) semés à trois périodes de l’année (été, automne, printemps).

Les couverts en mélange ne sont jamais plus concurrentiels que le meilleur couvert semé en pur (une espèce), et ce pour les trois périodes de semis. De plus, en termes de stabilité interannuelle, un couvert à une espèce s’avère toujours plus stable que les mélanges, même si ces derniers se situent dans le top 3.

Tous les dossiers

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85