ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 20/11/2019, 00:00:00 > Articles

Pesticides dans les eaux potables : distinguer les seuils

Au niveau européen, la définition de la pertinence des métabolites et les règles de décision associées ne sont pas encore uniformisées entre le règlement CE 1107/2009 (conditions d’autorisation de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques) et la directive 98/83/CE (qualité des eaux destinées à la consommation humaine [EDCH]). En France, le contrôle sanitaire des EDCH piloté par la Direction générale de la santé intègre progressivement les métabolites de pesticides dans ce contexte « incertain ».

Des incohérences s’installent entre les seuils d’évaluation des risques définis au niveau européen, les limites de qualités EDCH et les valeurs sanitaires propres à chaque substance ou métabolite pour l’eau potable. De plus, la notion de pertinence doit être mieux connue afin de pouvoir distinguer les métabolites non pertinents (c’est-à-dire non actifs biologiquement et à toxicité « faible ») des métabolites pertinents (soumis au même seuil EDCH de 0,1 µg/l que les substances actives).

Cet article à visée pédagogique fait état des divergences de position entre différents textes réglementaires et leur interprétation. Dans tous les cas, il appartient aux autorités sanitaires de se positionner à la suite de l’avis de l’Anses du 30 janvier 2019.

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85