ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 20/11/2019, 00:00:00 > Dossiers

DECEMBRE 2019, ADVENTICES

Les stratégies de désherbage doivent associer efficacité, rentabilité et durabilité. Associer différentes pratiques pour contrer le manque de solutions chimiques implique de bien connaître la biologie des adventices et l’influence des leviers agronomiques.

Alternatives au glyphosate
p. 18, p. 20, solutions et impasses
En grandes cultures, 15 % des surfaces sont traitées au glyphosate. De nombreux usages peuvent se passer de la substance active, en combinant méthodes prophylactiques, culturales et physiques, avec en contrepartie une dépendance accrue aux conditions pédoclimatiques, et des impacts possibles sur les rendements et les marges. Des impasses existent, par exemple la destruction des couverts en non-labour.

Rumex en cultures biologiques
p. 26, la traque aux pratiques innovantes
Face au manque d’information sur la gestion du rumex en grandes cultures, l’Itab (Institut de l’agriculture et de l’alimentation biologiques) a analysé les pratiques sur le terrain. Deux approches (enquête et « traque ») ont permis de dresser un état des lieux et de mettre en lumière de nouvelles connaissances ou méthodes de gestion.

Vigie Flore en maïs et tournesol
p. 33, quatorze ans de suivi de la flore adventice en lien avec les pratiques
Les données remontées par le service d’enquêtes agronomiques de Syngenta permettent de dresser un panorama des principales adventices retrouvées sur les parcelles observées. En corrélant leur fréquence et leur nuisibilité avec les pratiques de gestion, il est possible d’évaluer l’impact des différents leviers mis en œuvre.

Désherbage en culture hors-sol
p. 40, d’une contrainte, faire un atout
Le projet PlacoHB vise à sélectionner une gamme de couvre-sols pour contrôler les adventices tout en augmentant la biodiversité. Au pied des arbres en pot, le bonus serait un effet esthétique...

Tous les dossiers

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85