ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 15/05/2019, 00:00:00 > Articles

M. pygmaeus, une punaise auxiliaire pleine de ressources

Bien connue sous serre, la punaise Macrolophus pygmaeus utilisée à des fins de lutte biologique a longtemps été confondue avec M. melanotoma (syn. M. caliginosus). Un certain empirisme et un défaut de recherches fondamentales ont limité pendant plusieurs années l’efficacité des mesures de gestion. Les outils technologiques désormais disponibles permettent des études plus fines de la taxonomie et de la biologie de ces auxiliaires.

Le projet « Inula » s’est intéressé à la distribution de différentes espèces de punaises prédatrices sur des plantes cultivées et sur une plante de service potentielle, l’inule visqueuse. Le projet Écophyto « Macroplus » a porté sur l’emploi de plantes de service pour soutenir les populations de Macrolophus pygmaeus, spontanés ou introduits. Un travail de thèse a abordé la variabilité moléculaire à l’intérieur de l’espèce.

M. pygmaeus est capable de se développer efficacement sur les cultures maraîchères, tandis que M. melanotoma est inféodé à l’inule et rare sur les cultures adjacentes, ce qui remet en cause l’intérêt de l’inule visqueuse comme source de Miridae prédateurs auxiliaires. En revanche, le souci est une plante de service capable d’héberger et nourrir les Macrolophus. L’existence de différents groupes génétiques au sein de l’espèce M. pygmaeus s’accompagne de risques de dépression de consanguinité et d’isolements reproducteurs, rendant délicate la gestion génétique de ses populations.

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85