ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 14/03/2019, 00:00:00 > Articles

Résistances aux herbicides : au Nord, encore du nouveau !

À la suite d’échecs de désherbage de galinsoga à petites fleurs à l’aide d’herbicides inhibiteurs de l’ALS (groupe HRAC B) en culture d’endive, l’hypothèse de la présence d’une résistance à ces herbicides a été étudiée.

Des tests biologiques avec deux herbicides du groupe B ont été effectués sur des populations provenant d’une parcelle où le galinsoga à petites fleurs n’était plus contrôlé. Le gène de l’ALS a également été séquencé afin de rechercher la présence de mutations causant une résistance aux herbicides inhibiteurs de l’ALS.

Les tests biologiques ont montré l’existence d’une résistance au rimsulfuron et d’une moindre sensibilité au pénoxsulame dans la parcelle étudiée.
Une mutation au codon 197 entraînant une résistance aux herbicides du groupe B est présente dans cette parcelle. La sélection de la résistance est probablement due à une utilisation intense des inhibiteurs de l’ALS, car ces herbicides sont de loin les plus efficaces contre le galinsoga à petites fleurs parmi ceux autorisés sur endive.
L’étude souligne le risque de résistance associé à un désherbage uniquement chimique, de surcroît essentiellement basé sur un seul mode d’action. Elle confirme la nécessité de disposer d’une gamme diversifiée de modes d’action efficaces, y compris dans une culture « mineure » comme l’endive.

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85