ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 06/02/2019, 00:00:00 > Dossiers

Mildiou : quels seront les effets du dérèglement climatique ?

Le mildiou est la plus importante maladie de la pomme de terre en France. Elle est capable de causer de très gros dommages quand le climat est favorable à son développement.
Dans un contexte de dérèglement climatique, il est intéressant de simuler l’évolution des épidémies de mildiou dans différentes régions de France jusqu’en 2100 afin d’identifier les adaptations nécessaires et possibles pour la production française.
Les simulations climatiques journalières utilisées proviennent du modèle Aladin-Climat pour six localités et dont les biais ont été corrigés par la méthode quantile-quantile.
Ces données ont ensuite été transformées en données horaires par l’Inra (AgroClim, Avignon) à l’aide des algorithmes du projet Climator. Les simulations des épidémies ont été réalisées avec l’outil d’aide à la décision Mileos.

Cette étude montre que le risque mildiou de la pomme de terre va globalement diminuer significativement pour tous les sites et tous les scénarios climatiques en France, surtout après 2060-2070. Des stratégies d’adaptation avec avancement des dates de plantation (jusqu’à la contre-saison dans le sud) ont été testées afin de vérifier les valeurs de risques avec ces nouvelles conditions de cultures. Des perspectives sont discutées.

Tous les dossiers

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85