ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 06/02/2019, 00:00:00 > Dossiers

Lutte contre le mildiou : allier le biocontrôle à d’autres méthodes

Le mildiou causé par Phytophthora infestans est la maladie la plus préjudiciable sur la culture de pommes de terre, ce qui entraîne un nombre élevé de traitements fongicide. Or, les exigences de réduction de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques de synthèse (Écophyto 2+) impliquent de trouver des solutions alternatives, notamment de biocontrôle, pour répondre aux besoins de la filière et maintenir les rendements actuels.
À ce jour, les solutions alternatives aux produits conventionnels sont encore peu nombreuses. Le projet collaboratif MilPomBio (2015-2018), financé par l’Onema dans le cadre de l’AAP PSP2, est né de ce constat. Rassemblant Arvalis, Bretagne Plants Innovation, UMR IGEPP Inra et Vegenov, il a pour objectif de proposer aux producteurs des stratégies de protection intégrant différents moyens de lutte.

Après un criblage de quarante produits en conditions contrôlées, les produits les plus intéressants ont été sélectionnés pour :
– mieux comprendre leur mode d’action ;
– étudier l’interaction avec la génétique et l’architecture de la plante au champ ;
– évaluer l’efficacité de protection au champ en association avec une dose réduite de fongicide sur une variété.
La dernière étape du projet a consisté à évaluer, en conditions de production, plusieurs stratégies de protection intégrée, associant variétés présentant des niveaux de résistance variables, OAD Mileos, produit de biocontrôle et fongicides susceptibles de limiter la maladie à un niveau acceptable. L’utilisation de l’ensemble des leviers semble permettre une réduction significative de l’utilisation de produits phytosanitaires conventionnels pour lutter contre le mildiou de la pomme de terre. En particulier, les résultats obtenus avec des produits de biocontrôle à base de phosphites sont encourageants.

Tous les dossiers

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85