ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 10/08/2018, 00:00:00 > Dossiers

AOUT-SEPTEMBRE 2018, QUALITE SANITAIRE DES GRAINS

En matière de qualité sanitaire des grains stockés, les moyens directs de la protéger ont évolué... vers des restrictions. En revanche, l’innovation est à signaler dans les secteurs du diagnostic via l’ADN et par techniques physicochimiques, de l’enquête terrain et du raisonnement global protection intégrée.

 

Depuis un an, les seules évolutions réglementaires notables pour la qualité sanitaire des grains sont des prolongations d’approbation et des modifications de LMR de substances insecticides au niveau européen.

Réglementation

p. 18, seules les LMR évoluent

Les prolongations sont limitées, en attente de décisions véritables. Les seules mesures tangibles, sur les LMR, conduisent à réduire les utilisations. Les nouvelles autorisations ? Un fongicide antifusariose autorisé depuis quatre ans a reçu une extension d’usage.

Rongeurs

p. 20, le diagnostic par l’ADN

En revanche, un nouveau diagnostic rongeur via l’ADN a été mis en place. Cela existait déjà ? Oui, mais il fallait capturer des animaux. Ici, ce n’est plus le cas. La technique permet d’identifier l’espèce des animaux présents (rongeurs ou non) et de savoir s’ils résistent à des rodenticides et s’ils sont porteurs de zoonoses.

p. 25, contre le rat noir des silos

Vu du terrain, comment gérer les problèmes causés par les rongeurs des stocks de grains ?

Une enquête donne des enseignements à ce sujet. Avec le rat noir en vedette, et les conseils appropriés.

Laboratoires

p. 28, l’analyse se développe

Des laboratoires qui analysent la qualité sanitaire des grains nous ont révélé leurs champs d’investigation et les moyens utilisés.

Silos sans pesticides rémanents

p. 32, principes de protection intégrée

Les résidus de pesticides trouvés dans les grains stockés sont en général ceux d’insecticides de post-récolte. Présentation des principes de la PAI (protection antiparasitaire intégrée) pour s’en affranchir.

p. 36, PAI : la pratique

Comment la PAI fonctionne-t-elle concrètement ? Les étapes, en cinq points. Une évolution, sans révolution, pratiquée dansd’autres pays.

Tous les dossiers

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85