ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 02/05/2018, 00:00:00 > Dossiers

Évaluer et prévoir le risque limace en grandes cultures

En grandes cultures, les attaques de limaces occasionnent des dommages importants sur les semences et les plantules.
Ces dégâts sont irréguliers et amplifiés lors de conditions climatiques favorables aux limaces et, en cas de mise en œuvre de pratiques culturales réduisant l’intensité du travail du sol, ils se montrent jusqu’à présent difficiles à anticiper.

Le concept Resolim, réseau conséquent d’observations de plus de 80 parcelles et d’essais avec différents systèmes de cultures, a fourni de nombreuses données qui ont été mises en regard avec les résultats d’autres études et la bibliographie. Des limaces extraites de ce réseau ont fait l’objet d’études au laboratoire permettant de préciser leur thermotolérance et leur composition biochimique au cours de leur croissance.

L’analyse de l’ensemble des données apporte des précisions concernant : la nuisibilité des limaces, leurs traits de vie dans les champs cultivés au cours des saisons, les effets des différentes pratiques agricoles, de la faune auxiliaire et des conditions météorologiques.
Ce projet, rassemblant de nombreux partenaires, a contribué à la construction d’un outil d’évaluation multicritère du risque limace et d’un modèle conceptuel de dynamique des populations de limaces tenant compte des facteurs climatiques. Leur développement informatique reste une étape à réaliser.

Tous les dossiers

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85