ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Marie-Françoise Delannoy au 01 40 22 70 73
ou par mail mf.delannoy@gfa.fr

Le 02/05/2018, 00:00:00 > Articles

Évolution du désherbage en cultures légumières

Les entretiens techniques du Ctifl, au Sival 2018, ont permis de présenter l’évolution technique et réglementaire du désherbage des cultures légumières en France.

Les pratiques de désherbage chimique varient selon les cultures : l’IFT va de 0,5 à 5,8 sur neuf cultures enquêtées.
Sur ces cultures, le nombre de substances utilisables (contenues dans des herbicides autorisées) va de onze à deux par culture.
Selon une évaluation de l’efficacité du désherbage chimique sur dix-sept cultures (ou familles de culture), le désherbage de prélevée est efficace sur dix d’entre elles et celui de post-levée sur trois. La flore évolue, avec sept groupes d’adventices problématiques, dont le datura et les séneçons qui peuvent poser des problèmes de sécurité sanitaire (ils produisent des alcaloïdes).
Le désherbage chimique se complique à cause des interdictions et restrictions d’emploi de plusieurs substances herbicides. Des interdictions supplémentaires s’annoncent.

L’efficacité et la faisabilité de sept méthodes alternatives (diversification des cultures, faux semis, utilisation de mottes, solarisation, vapeur, binage, désherbage thermique) sont passées en revue sur dix-sept cultures ou groupes de culture. Il en ressort que neuf cultures peuvent être désherbées correctement sans herbicides, mais qu’il faut améliorer les techniques existantes ou en trouver d’autres pour les huit cultures restantes.

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85