ARTICLES

Le 08/02/2017, 00:00:00 > Dossiers

Pour toute commande de dossier, contactez Marie-Françoise Delannoy au 01 40 22 70 73 ou par mail mf.delannoy@gfa.fr

À La Réunion, mieux protéger la rose et le gerbera

Sur l’île de La Réunion, les cultures ornementales sont en butte à d’importantes attaques de ravageurs, en particulier trois espèces de thrips, dont Frankliniella occidentalis, qui remettent eu cause certaines productions florales.
Par ailleurs, la réglementation interdit l’entrée sans examen préalable sur l’île d’auxiliaires de lutte biologique qui n’en seraient pas indigènes (au sens de déjà installées).

Des expérimentations et suivis de cultures de gerbera (pour potées fleuries) et de roses (fleurs coupées) ont été menées.

Elles ont confirmé l’intérêt de la punaise prédactrice indigène Nesidiocoris volucer.
Par ailleurs, le suivi d’une culture de roses à l’Armeflhor, à l’aide de l’outil S@M dans le cadre du programme Otelho, a permis de déceler une population d’acariens présente spontanément. L’Inra les a identifiés comme appartenant à l’espèce Amblyseius swirskii, prédatrice de thrips. Ils semblent être efficaces contre ce ravageur.

Tous les dossiers

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85