ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 05/10/2016, 00:00:00 > Articles

Détection de produits phyto dans les œufs de perdrix grise

L’impact des produits phytopharmaceutiques sur les êtres vivants est une préoccupation sociétale grandissante. Les effets non intentionnels sur la faune sauvage vivant en milieu cultivé, en particulier ceux sur la reproduction des oiseaux, sont peu étudiés.

Les populations de perdrix grises ont été suivies sur douze territoires en plaine de grande culture (grand Bassin parisien) afin d’identifier et quantifier l’exposition des pontes aux substances actives et de rechercher la présence de résidus dans les œufs.
Parallèlement, un modèle a été développé pour évaluer le risque associé à l’exposition aux substances, à partir des données d’utilisation de l’habitat par les perdrix, des traitements phytosanitaires des parcelles cultivées, et des propriétés physico-chimiques et activités toxicologiques des substances.

Les pontes de perdrix sont potentiellement exposées à une grande diversité de substances actives utilisées pour protéger les cultures.
Neuf d’entre elles ont été détectées dans les œufs de perdrix, à des concentrations souvent jugées « faibles », mais pas toujours. Cinq anciens produits aujourd’hui interdits ont également été détectés. Des scores de risques ont été calculés pour les substances, seules ou en mélanges, permettant de les classer les un(e)s par rapport aux autres au regard des possibles effets non intentionnels des substances actives sur la faune non-cible.

Tous les articles

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85