ARTICLES

Pour toute commande de dossier, contactez Christine BIAS au 01 40 22 70 73
ou par mail c.bias@gfa.fr

Le 08/09/2016, 00:00:00 > Dossiers

Réglementation : des seuils, un délai et une stabilisation

La réglementation encadrant la qualité sanitaire des grains concerne à la fois :
– les seuils réglementaires de ses bioagresseurs et des substances toxiques qu’ils produisent ;
– la mise à disposition (AMM) des produits de protection des grains ;
– les seuils réglementaires des résidus de ces produits (LMR).
Voici le point sur les évolutions de cette réglementation depuis un an.
Le règlement n° 2015/1940 du 28 octobre 2015 a fixé un seuil maximal d’ergots (sclérotes de Claviceps purpurea) dans les grains de céréales brutes destinées à la transformation pour la consommation humaine.
Le même règlement prévoit de fixer des seuils de taux d’alcaloïdes d’ergot dans ces grains ainsi que divers aliments à base de grain, mais les chiffres restent à venir.
Le règlement n° 2016/239 du 19 février 2016 fixe le taux maximal en alcaloïdes tropaniques (atropine et scopolamine) produits notamment par le datura stramoine Datura stramonium, dans les aliments pour nourrissons et enfants en bas âge à base de céréales et contenant des grains de millet, sorgho et/ou sarrasin.
Une recommandation sur les aliments pour chiens et chats modifie les taux maximaux conseillés de DON et suggère des taux de ZEA et d’OTA.
Concernant les sept substances insecticides autorisées sur grains, la seule évolution est la prolongation de l’approbation européenne de la deltaméthrine ; les LMR ne changent pas.
Quant aux substances rodenticides utilisées dans les silos, aucune évolution n’est notée depuis un an mais un point doit être fait sur la panoplie disponible, passée désormais sous le statut réglementaire des produits biocides.

Tous les dossiers

Auteurs:

    Commentaires

    Ajouter un commentaire :




    • Pour garantir la sécurité de notre base de données, nous vous demandons de bien vouloir recopier le code dans la zone de texte. Pour y échapper, identifiez-vous.

    Erratum Tavelure du
    pommier

    Correctif
    Dans l’article de Benoît Barrès et al., « Résistances aux fongicides de Venturia inaequalis », Phytoma n° 725, p. 48-51, les cartes de la Figure 1 comportaient des erreurs. Concernant le krésoxim-méthyl, 27 échantillons ont été omis lors de la compilation des données.Les effectifs des camemberts déjà représentés varient très peu, la plus grosse différence se trouvant dans l'ouest de la France, où il y a de nouveaux camemberts. Les effectifs dans le tableau complétant la figure sont par conséquent également affectés pour la ligne krésoxim-méthyl : 183 (au lieu de 156) et 137 (75 %) (au lieu de 124 (79 %).
    Phytoma - GFA 8, cité Paradis, 75493 Paris cedex 10 - Tél : 01 40 22 79 85